Les constructeurs lancent la compétition sur le meilleur téléphone pliable

media

Les constructeurs lancent la compétition sur le meilleur téléphone pliable

 

Cela ne va pas échapper le public, les téléphones pliables se trouvent actuellement au milieu des discussions et de toute l’attention des consommateurs durant le MWC 2019. Huawei, TCL, Samsung, Xiaomi, Royole…qui d’entre eux  vont sortir gagnant et qui s’en tirent bien  jusqu’à l’heure actuelle. Lorsque le sud-coréen passe une vingtaine de minutes de sa déclaration   de lancement  de ses produits, ce n’est pas inoffensif.

Mais, pourquoi alors une telle continence ?

Si Samsung a élu autant d’énergie à son smartphone pliable, GalaxyFold,  avant d’approcher la situation de ses plus récents dispositifs, c’est que le téléphone pliable s’exige tel qu’un  nouveau terrain de guerre pour les constructeurs, surtout en 2019. Récemment encore,  c’est le géant chinois Huawei qui parvient avec son prototype Mate X,  changeant lui également à une tablette lorsqu’on déploie son afficheur. Une bataille à la figure de celui que le sud-coréen et le grand chinois pourraient  se délivrer en 2019, afin d’obtenir  le numéro un mondiale sur le sujet. La première remarque est plutôt brillante. Effectivement, ni Huawei ni Samsung n’ont laissé la presse  toucher directement leurs nouveaux dispositifs.  On pourrait  dire même que les appareils ne sont pas entièrement finis à des mois de leur mise sur le marché. Les constructeurs auraient donc peur que le public raconte du mal de leurs  dispositifs, bien qu’ils ne vont pas probablement le mériter.  Il est assez lointain  d’exposer un terminal tel étant l’avenir, la mutation  des utilisations, la renaissance du mobile  et de ne pas délaisser les professionnels, analystes ainsi que les autres journalistes s’en créer un concept. Il exhale  comme une impression de manque de conscience  dans ces terminaux, telle qu’une peur d’échouer le virage, notamment compte tenu de leurs prix très élevés. Cependant, pourquoi des constructeurs aussi renommés que Huawei et Samsung éprouveraient-il des soupçons sur leurs terminaux ?

samsung

Des utilisations encore doutées

Mais, ce que les produits ont en commun, c’est surtout le regard encore  peu douteux de leur utilisation réelle. Pour la plupart,  il est question de pouvoir jouir de compositions vidéo par un afficheur plus large, sans s’obstruer d’un deuxième dispositif.  Le sud-coréen  a fortement tenté de persuader en déclarant qu’il est possible d’user jusqu’à trois apps de manière simultanée avec un seul appareil. Captivant, mais on se trouve encore loin  d’une révolution de l’expérience du public, certifiée il y a peu temps par Samsung. Aussi, il n’est pas inaccoutumé d’estimer que Royole,  si peu soit-il au niveau du marché, a mis une certaine pression à des géants tels que Huawei et Samsung.  Les deux mastodontes trouvaient pressentis afin d’être les premiers fabricants à sortir  un téléphone pliable.  Ils se placent deuxième  et troisième à exposer leurs dispositifs.  La nouveauté est aussi une bataille d’image et de notoriété de marque. Eh oui,  le Huawei et le sud-coréen vont vendre plus leurs appareils Mate X et GalaxyFold, que Royole ne va envoler  de FlexPai. Bien  évidemment, c’est le FlexPai qui a bénéficié d’une grande illumination, en tant qu’initiateur.  Pour finir, si on doit répliquer à la question : entre Samsung et Huawei, lequel propose le produit le plus intéressant. On peut répondre possiblement que le géant  chinois a su concevoir un terminal muni d’un charme exceptionnel.